Asmodée perd la tête !

Lu dans La Dépêche du 24 avril 2017 :

Hier matin (23 avril) vers 9 h, une jeune femme d’une vingtaine d’années, seule, habillée d’un manteau noir, se présente à l’office de tourisme de Rennes-le-Château pour demander les horaires d’ouverture de l’église. Elle avait, disait-elle, l’intention de la visiter. L’employée du site lui indique les horaires. La visiteuse décide alors de boire un café puis de déambuler dans les ruelles. Vers 11h15, elle demande à un restaurateur de se laver les mains. Quelques minutes plus tard, elle réapparaît habillée d’une longue cape blanche, d’un voile sur la tête et d’un masque style vénitien sur le visage.

«Vous êtes tous des mécréants»

À cette époque de l’année une soixantaine d’habitants vivent sur place, autant dire qu’ainsi vêtue, la jeune femme n’est évidemment pas passée inaperçue.

Même si ce haut lieu des mystères a l’habitude de voir défiler des visiteurs étranges en quête de trésors. Là, c’était différent, raconte un habitant : « J’ai compris très vite que ça n’avait rien à voir avec le trésor de l’abbé Saunière ».

Bénitier de Rennes-le-Château : Asmodée décapité
Bénitier de Rennes-le-Château : Asmodée décapité

Devant des touristes surpris, la jeune femme se réfugie dans la grotte dite de la vierge, à proximité de l’église, et téléphone longuement en arabe, puis rentre tranquillement dans l’église, sort une hache et se met à frapper sur le célèbre bénitier surmonté par la représentation d’Asmodée. Elle décapite le fameux diable rouge, lui coupe le bras et pose un coran à ses côtés, puis lacère le bas-relief de l’autel de Marie-Madeleine, devant des visiteurs ébahis.

Ces derniers donnent l’alerte, le maire, Alexandre Painco, intervient. Il constate les faits et appelle la gendarmerie. Face à la jeune femme étonnamment calme, il lui demande pourquoi elle a commis ces actes. Elle répond posément : « Aujourd’hui, ici, c’est un jour d’élection présidentielle, pendant qu’en Syrie l’Occident bombarde et tue des enfants. Vous êtes tous des mécréants! Mon mari est là-bas ».

Rapidement sur place, les gendarmes interpellent la jeune femme sans aucune résistance. Un périmètre de sécurité est établi dans le village, et une équipe de déminage arrivée dans l’après-midi se met à l’œuvre. Le maire n’en revient toujours pas : « Cette femme était déterminée et son geste prémédité. Elle a choisi ce jour d’élection, ce lieu précis, pour qu’il ait un impact médiatique important et ainsi porter atteinte à la République française »

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2017/04/24/2561759-elle-decapite-la-tete-du-diable-asmodee.html

Ce n’est pas la première mutilation ou tentative de mutilation infligée à ce pauvre diable. Cette fois, les faits paraissent graves, mais une restauration remettra sans doute rapidement la statue en l’état. N’en déplaise aux esprits chagrin, Asmodée a la tête bien sur les épaules …

Coup double !

Deux jumelles mortes ensemble, accidentellement, à l’âge de 97 ans dans le Rhode Island (États-Unis).

C’est un fait divers aussi rare qu’étrange qui s’est déroulé le week-end passé dans la ville de Barrington : deux jumelles âgées de 97 ans ont trouvé la mort en tombant à quelques mètres l’une de l’autre.

Selon les premiers éléments de l’enquête, Jean Haley et Martha Williams ont connu la même mésaventure en rentrant toutes les deux d’une soirée passée au restaurant avec leur sœur cadette de 89 ans. Raccompagnée devant la maison de Jean, Martha serait tombée en premier lieu en tentant de regagner sa voiture tandis que sa jumelle, en allant appeler les secours, se serait pris les pieds dans le tapis du garage.

Ce n’est qu’au petit matin qu’un voisin a découvert les deux corps inanimés distants de quelques mètres seulement. Avec une température qui serait descendue à -9°C, il est fort probable que les deux sœurs soient mortes d’hypothermie.

Interrogé par le magazine « Time », le fils de Jean Haley s’est ému de leur mort peu banale: « Elles sont venues au monde ensemble et sont mortes ensemble. C’est en quelque sorte réconfortant de savoir qu’elles sont restées ensemble ».

Source : http://www.lavenir.net/cnt/dmf20170309_00971217/l-etrange-mort-de-jumelles-ensemble-devant-leur-maison?utm_source=lavenir&utm_medium=feed_articles&utm_campaign=lespluslusv2

Simple hasard ou coïncidence significative ? Ce parallélisme de destin entre certains jumeaux a parfois quelques chose de fascinant, même s’il pourrait n’être que la conséquence assez logique d’influences astrales et astrologiques quasiment identiques s’étant exercées presque au même moment et presque au même endroit sur deux bébés conçus presque en même temps. Heureusement,  » Astra inclinant, non necessitant  »

Cercueil biplace pour jumeaux co-décédés

Un fait reste pourtant clairement avéré : le décès le même jour de deux jumelles est beaucoup plus rare que la naissance de deux jumeaux le même jour ! Et en pareille occurrence, le cercueil biplace peut se révéler pratique.

 

Découverte d’un dolmen en Galilée

Vue de l'intérieur du dolmen découvert en Galilée@ MIGUEL MEDINA / AFP

Un mystérieux dolmen vieux de plus de 4.000 ans et décoré de gravures a été découvert en Galilée dans le nord d’Israël, a indiqué dimanche l’Autorité israélienne des Antiquités. Ce dolmen découvert près du kibboutz Shamir en Haute Galilée est unique en raison de ses dimensions et des « décorations artistiques » sur son plafond, précise le communiqué de l’Autorité des Antiqués.

Les dolmens sont des constructions destinées à abriter les morts. Ils sont constitués d’une dalle de pierre reposant sur des piliers également en pierres. « Il s’agit de la première présence artistique avérée dans un dolmen au Moyen-Orient », affirme l’archéologue Uri Berger.

Interrogé par l’AFP, le professeur Gonen Sharon, un autre archéologue du Collège Tel Hai associé aux fouilles, a précisé qu’il s’agissait d’une tombe « où des os humains ont été retrouvés ». Sur le dolmen, une quinzaine de signes gravés ont été découverts mais il est « difficile d’en déchiffrer la signification, il pourrait s’agir d’arcs, d’oiseaux ou d’âmes s’envolant vers le ciel », a-t-il ajouté. Le dolmen découvert remonte à l’âge de bronze intermédiaire (plus de 4.000 ans) et se trouve au milieu d’autres dolmens. La pierre utilisée pour le couvrir pèse 50 tonnes. « Nous n’avons aucune idée de la manière dont ceux qui ont construit cet édifice ont pu soulever une masse aussi énorme », a reconnu le professeur Gonen.

La chambre qui se trouve à l’intérieur de ce monument mesure deux mètres sur trois. « Ces dimensions prouvent à l’évidence que l’édifice n’a pas été érigé par une tribu de nomades, mais bien dans le cadre d’une société disposant d’une structure de pouvoir capable de mobiliser des énergies et des technologies », a poursuivi l’archéologue. « Mais la culture du peuple qui a construit ces dolmens constitue un des grand mystère archéologique en Israël », a ajouté l’Autorité des Antiquités.

Source : Europe 1 – 05 mars 2017 / 13h58
(http://www.europe1.fr/insolite/israel-decouverte-dun-mysterieux-dolmen-en-galilee-2994701)

Culture mystérieuse, peut-être, mais le monument en lui-même n’a rien de fondamentalement nouveau : loin d’être une exception, ce dolmen appartient à une catégorie assez courante dans cette région. Les quelques photos qui en ont déjà été publiées sur internet rappellent beaucoup certaines formations comparables situées dans bien d’autres pays, en Europe notamment (structure interne, agencement extérieur, signes gravés, etc…). Ressemblance fortuite, lien culturel ou identité de constructeurs entre ces différents monuments ?

Vue aérienne du site du dolmen
Vue aérienne du site du dolmen
Gravures dans la chambre intérieure du dolmen
Gravures dans la chambre intérieure du dolmen

(Photos : Gonen Sharon/College Tel Hai)

Remises en Ordres !

1. Démission du Grand maître de l’Ordre de Malte Matthew Festing à la demande du pape François

Le Pape François et Matthew FerstingLe Grand maître de l’Ordre de Malte Matthew Fersting a démissionné mardi à la demande du pape François, après un mois de bras de fer inédit sur fond de lutte entre une frange conservatrice de l’Église contre le souverain pontife.

Ce dernier a néanmoins réservé hier une bien mauvaise surprise à l’Ordre en décrétant qu’un « délégué papal » serait bientôt nommé pour en prendre les rênes. Jusqu’à la nomination d’un nouveau chef ? « Le temps jugé nécessaire par le pape », a rectifié une source proche du Vatican. Perdant momentanément sa souveraineté, l’ordre de Malte évite néanmoins une rupture avec le Saint-Siège, après plus de 900 ans d’une solide entente.

En décembre dernier, le Britannique a démis de ses fonctions le chancelier de l’ordre, l’Allemand Albrecht von Boeseselager, à qui est reproché la distribution de préservatifs dans un dispensaire en Birmanie en 2005 alors qu’il était grand hospitalier, après qu’il a refusé de démissionner de son proche chef. Surtout, il précise que c’est « la volonté du Saint-Siège ». Cette démission se fait d’ailleurs avec l’assentiment du cardinal américain Raymond Burke, représentant du pape à la tête de l’Ordre où il a été placé pour être écarté de la Curie. En effet, cet opposant notoire au souverain pontife a sommé le pape François de rectifier l’exhortation apostolique « Amoris Laetitia » qui ouvre aux évêques la possibilité d’autoriser dans certains cas des divorcés remariés à communier. Surprfs par cette décision qui intervient dix jours avant la nomination du frère de l’Allemand au Conseil d’administration de l’IOR (en plein assainissement après avoir été éclaboussée par une série de scandales), le pape a dépêché en janvier une commission d’enquête dont la compétence a été rejetée par le grand maitre qui voyait dans cette démission un « acte de gouvernement interne » et a remis en cause la probité de certains membres de la commission. La démission du britannique Matthew Festing, qui doit être entérinée samedi par le Conseil souverain de l’ordre, pourrait marquer l’avant-dernier acte de cette joute entre le Saint-Siège et l’ordre qui lui est incardiné.

L’ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte est en effet d’une souveraineté fonctionnelle et considéré comme un sujet de droit international public. Il bénéfice d’ailleurs du statut d’observateur permanent à l’ONU, en tant qu’organisation intergouvernementale et non comme un Etat à l’instar du Saint-Siège. Contrairement à ce dernier, il ne dispose pas en effet de territoire.

Bulletin Quotidien  (Société générale de Presse SGP) Jeudi 26 janvier 2017
Cliché AP in http://www.catholicherald.co.uk

2. Le théologien espagnol Fernando Ocariz devient le quatrième chef de l’Opus Dei

  1. Fernando Ocariz, un théologien espagnol très présent dans les arcanes du Vatican, est devenu le quatrième chef de l’Opus Dei, organisation catholique très conservatrice poursuivie par les controverses mais pleinement reconnue par Rome.

Le Pape François et Fernando Ocariz
Le nouveau « prélat » est né en 1944 au sein d’une famille nombreuse espagnole, exilée à Paris en raison de la guerre civile. Diplômé en sciences physiques à l’Université de Barcelone, il a poursuivi ses études de théologie à l’Université pontificale du Latran, à Rome, puis obtenu un doctorat de l’Université de Navarre en 1971, année où il fut ordonné prêtre. Il est très impliqué dans différentes instances du Vatican : il est consultant pour la Congrégation de la doctrine de la foi, la Congrégation du clergé et le Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation. Il enseigne notamment la théologie à l’Université pontificale de la Sainte-Croix à Rome (gérée par l’Opus Dei) et a publié de nombreux ouvrages spécialisés. Il était le numéro deux de l’organisation depuis 2014. Il a été choisi lundi soir à Rome par 156 prêtres et laïcs masculins, puis nommé par le pape François.

« L’Œuvre de Dieu », traduction de son nom latin, a été fondée en 1928 en Espagne par un jeune prêtre, José Maria Escriva de Balaguer (1902-1975), convaincu que la sainteté pouvait être atteinte dans les petites choses du quotidien et surtout à travers une activité professionnelle. De fait, elle compte surtout des laïcs. L’Opus Dei a choisi la continuité puisque Mgr Fernando Ocariz a personnellement connu son fondateur, en vivant dans le même centre lorsqu’il était étudiant en théologie à Rome. Il a aussi accompagné en voyage pendant deux décennies son prédécesseur Javier Echevarria, mort le 12 décembre à Rome, à 84 ans.

Bulletin Quotidien  (Société générale de Presse SGP) Mercredi 25 janvier 2017
Cliché in http://opusdei.us

Ça tourne rond !

1. D’énigmatiques enclos en Amazonie

Ces énormes enceintes seraient l’œuvre de populations préhistoriques.

Enclos mystérieux en Amazonie

Le diamètre des étranges structures atteint 20 à 30 mètres

PALÉOPÉDOLOGIE Plus de 450 mysté­rieux enclos ont été découverts dans la forêt amazonienne. Formés par des tran­chées atteignant parfois 11 mètres de large sur 4 mètres de profondeur, ces étranges structures de 100 à 300 mètres de diamètre sont disséminées sur plus de 13 000 km2 dans l’État d’Acre, au Bré­sil.
Mises au jour par les déboisements modernes, ces formations jusque-là inconnues avaient pendant des siècles été dissimulées sous la canopée. Des survols aériens et l’utilisation de drones ont révélé leur existence. Elles seraient l’œuvre de populations préhistoriques, preuve que l’écosystème forestier n’était pas aussi « vierge » qu’imaginé et que les forêts dites primaires ne le seraient pas vraiment ! En examinant les sédiments prélevés sur plusieurs de ces sites, les chercheurs du musée d’Archéologie et d’Ethnographie de l’université de Sao Paulo (Brésil) ont pu réécrire 6000 ans d’histoire de l’évolu­tion des sols, fournissant de nouvelles don­nées sur la manière dont les populations autochtones ont façonné le paysage. Ces ouvrages imposants auraient pu être utili­sés de façon épisodique, peut-être comme lieux de rassemblements rituels. B. A

Sciences  & Avenir n° 841 – mars 2017

2. Éclaircir le mystère des crop circles : « Nous devrions être plus humbles »

Des cercles de culture, ou crop circles, apparaissent régulièrement dans des champs de blé au Royaume-Uni. Un des messages contenu par l’un d’entre eux, un grand cercle de culture de 45 m de diamètre apparu à Luton dans le Wiltshire en Angleterre le 1er juin 2008, semble avoir été élucidé.
Quel est la signification de ce cercle de culture ? Mike Reed, un astrophysicien américain à la retraite, en a tiré une réponse impressionnante. Il affirme que ce crop circle exprime le ratio de la circonférence de π jusqu’à la neuvième décimale, qui est « 3,141592654 ». On peut légitimement être surpris que ce ratio de circonférence soit reproduit si justement dans ce champ de blé.

Le cercle mystérieux est supposé exprimer le ratio de la circonférence de pi jusqu’à la neuvième décimale, qui est « 3,141592654 ». (capture d’écran vidéo)

Dans ce crop circle, la circonférence du cercle est divisée en dix parts égales, chaque cercle concentrique disposé à l’intérieur divisant le rayon du grand cercle également en dix, correspondant aux dix chiffres de 3,144592654. Le nombre de chiffres est exprimé par le ratio des sauts vers l’extérieur du cercle concentrique . Le petit cercle près du centre est le point du séparateur décimal, et les trois petits cercles décroissants les plus à l’extérieur représente le symbole elliptique « … » (voir image ci-dessous), indiquant que le ratio de la circonférence de π est un nombre irrationnel continuant indéfiniment.

Un diagramme explicatif de comment le ratio de la circonférence du cercle de culture est représenté jusqu’à la neuvième décimale « 3,141592654 » par une figure géométrique circulaire.

Le petit cercle près du centre représente le point de la décimale (le séparateur décimale). (capture d’écran vidéo)

 

Le concept du ratio du cercle π des mathématiques abstraites est ainsi représenté dans de belles formes géométriques circulaires, et exprime la beauté mathématique de la correspondance mutuelle des nombres et des formes.
Mr. Reed a déclaré dans une interview : « J’ai vu l’image de ce crop circle et j’ai pensé qu’il était représentatif de l’image du code graphique de Pi. Le petit cercle au centre est en fait un point décimal. En outre, le ratio de la taille de la personne au centre et du pattern tout entier montre combien nous les êtres humaines sommes petits. Ne devrions-nous pas être plus humbles à propos de l’univers et des matières inconnues ? »
Ce cercle de culture est dit avoir d’autres messages cachés, comme des indices qui seraient contenus dans les trois petits cercles à l’extérieur pour dessiner des carrés de la même surface que ce pattern.

Source : epochtimes.fr
http://www.epochtimes.fr/eclaircir-mystere-crop-circles-devrions-etre-plus-humbles-25455.html