Des sorcières bien-aimées …

Ces dernières semaines, la presse people numérique et papier a brui des accusations de « sorcellerie extrême » (« extreme witchcraft ») et de magie noire lancée contre la célébrissime chanteuse américaine Beyoncé par son ex-batteuse, Kimberly Thompson : l’affaire, très sérieuse, a été portée devant la justice, dont chacun attend le verdict avec impatience …

Beyoncé, un procès en sorcellerie

Beyoncé, une sorcière ?
Beyoncé, une sorcière ?

La batteuse a affirmé à la Cour qu’après avoir travaillé pendant sept ans pour Beyoncé, celle-ci se serait subitement acharnée contre elle par magie noire et sorcellerie, tentant notamment de la ruiner financièrement. Elle l’aurait harcelée et, au passage, elle aurait même assassiné le chat de Kimberly ! (était-ce un chat noir ?).

Pour autant qu’on puisse le savoir, il semblerait que les juges du premier degré aient débouté la demandeuse (« un énième tour de magie de Beyoncé, peut-être ? », s’interroge malicieusement l’incontournable Voici), mais cela dédouane-t-il pour autant la star sulfureuse qui, de sources autorisées, avait déjà quelques antécédents au casier des maléfices …

Affaire Kimberly vs Beyoncé - pièce de procédure
Affaire Kimberly vs Beyoncé – pièce de procédure

Selon un site bien informé consacré au décryptage des réalités symboliques (vigilantcitizen.com, dont l’analyse a été reprise par plusieurs autres), l’œuvre de Beyoncé serait parsemée de références à l’occulte ; le texte à double sens de certaines de ses chansons (sur l’album Lemonade, notamment) contiendrait un message destiné à une élite invisible, évoquant un rituel magique -pour ne pas dire satanique- pour le moins étrange :

Tu me rappelles mon père, un magicien … capable d’exister dans deux endroits à la fois … Quelle chance. Quel malédiction de merde ! J’ai essayé de changer. J’ai fermé ma bouche davantage, essayé d’être … J’ai jeûné pendant 60 jours, je portais du blanc, j’ai évité les miroirs, me suis abstenue de sexe, lentement je ne disais plus un mot. Je dormais sur une natte sur le sol. J’ai avalé une épée. Je lévitais. Nous sommes allés au sous-sol, j’ai avoué mes péchés, et j’ai été baptisé dans une rivière. Je me suis mis à genoux  et dit « amen » et « je veux le dire » … Je fouette mon dos et demande pour la domination à vos pieds. Je me suis jetée dans un volcan. Je buvais le sang et bu le vin. Je me suis assise seule et suppliais … Dieu. Je me croisais et j’ai cru voir le diable. J’avais la peau sur les os, je me suis baignée dans l’eau de javel, et utilisé les pages du Saint Livre pour essuyer mes règles, mais criait en moi le désir de savoir …

ou encore :

Elle dort toute la journée. Rêve de toi dans les deux mondes. Laboure le sang, a l’intérieur et en dehors de l’utérus. Se réveille en sentant le zinc, la douleur est anesthésié par l’orgasme et l’orgasme augmente la douleur. Dieu était dans la chambre  quand l’homme a dit à la femme : « Je t’aime tant. Mets tes jambes autour de moi. Baise moi, baise moi, baise moi. Parfois quand il avait son mamelon dans sa bouche, elle murmurait : Oh mon Dieu », ça aussi c’est une forme de culte …

Sous les pavés, l’Enfer ?
L’étoile de Destiny’s Child, l’ex groupe de Beyoncé, sur la Promenade de la Célébrité  à Hollywood Le Sceau pentagrammatique, symbole traditionnellement associé au culte de Satan

Katy Perry, enfant du diable ?

Beyoncé n’est pas la seule chanteuse célèbre suspectée de flirter avec les puissances occultes.

Ainsi, à en croire l’assez sérieux Huffington Post, Katy Perry ne serait pas en reste : parmi d’autres vilénies, on l’accuse « de flirter avec Satan, d’inviter à la possession démoniaque » et même (comme on ne prête qu’aux riches !) « de faire partie des Illuminati ».

Il faut bien reconnaître que Katy Perry, qui a pourtant  baigné dans une pieuse atmosphère pendant sa jeunesse et qui doit connaître un peu les Saintes Écritures (fille d’un couple de pasteurs évangéliques qu’elle assistait dans leurs fonctions, elle a chanté à l’église jusqu’à ses 17 ans), n’est pas regardante sur les abominations devant Dieu, préconisant même les relations sexuelles avec des animaux ou des aliènes (en qui on verra des démons ou des anges déchus). C’est tout au moins l’opinion diffusée par un blog, Chrétiens 2000, qui cite à l’appui un certain nombre de déclarations explicites de la chanteuse ou de ses proches…

« J’ai vendu mon âme au Diable … Je suis désolée, si j’ai laissé les anges pleurer à mon sujet … Monsieur le prêcheur, je suis partie, partie … Je ne changerai rien, même si je le pouvais, j’ai choisi un chemin, je ne me retournerai pas »
Et son père en larmes d’implorer  :
« Priez pour l’âme de ma fille, ma fille est à présent une enfant du Diable »

Ma fille Katy Perry est une enfant du diable !
Ma fille Katy Perry est une enfant du diable !
Katy Perry en Schtroumfette
Katy Perry en Schtroumfette

Pour ne rien arranger, Katy Perry a même prêté sa voix à une entité astrale bien identifiée (l’édition papier de Carmen Galli /Argos  lui avait consacré un article en 1988) : la Schtroumfette, doublée par la chanteuse dans la version en anglais du deuxième volet des aventures des petits hommes bleus. Rappelons que la Shtroumpfette a été créée par l’infâme sorcier Gargamel pour semer la zizanie dans le village des Schtroumpfs, à partir d’une recette empruntée au très mysogyne grimoire Magicae Formulae, aux Editions Belzébuth :

« Un brin de coquetterie, une solide couche de parti-pris, trois larmes de crocodile, une cervelle de linotte, de la poudre de langue de vipère, un carat de rouerie, une poignée de colère, un doigt de tissu de mensonges […] un boisseau de gourmandise, un quarteron de mauvaise foi, un dé d’inconscience, un trait d’orgueil, une pointe d’envie, un zeste de sensiblerie, une part de sottise et une part de ruse, beaucoup d’esprit volatil et beaucoup d’obstination, une chandelle brûlée par les deux bouts ».

Une recette que n’a semble-t-il pas désavoué Katy Perry, qui a déclaré au contraire avoir pris beaucoup de plaisir à l’exercice.

Le sorcier Gargamel composant la SchtroumfetteLe sorcier Gargamel composant la Schtroumfette

Britney Spears, adoratrice de Satan ?

Décidément, ce film sur la Schtroumfette a de quoi éveiller bien des soupçons, car la chanson du clip officiel, « Ooh La La », est interprétée, non par Katy Perry, mais par sa non moins sulfureuse consœur en diablerie Britney Spears, dénoncée pour être une créature de Satan par les tenants conspirationniste du New World Order.

Britney Spears et la Schtroumfette, Ooh La la !Britney Spears et la Schtroumfette, Ooh La la !

Cette chanson relate en substance les implorations d’une jeune fille (vierge ?) à un mystérieux personnage, dans un registre à double sens qui n’est pas sans rappeler celui de Beyoncé :

« Ooh je pense que tu es bon comme tu es, dis-moi si tu peux te lever et t’enfuir avec moi ? […]  j’irais avec toi n’importe où, on n’a pas besoin d’or, on brillera quand même […] tu sais que personne ne peut descendre aussi bas que nous, on ne se lasse pas de baiser […] Je vois cette étincelle briller dans ton œil […] mon cœur bat vite parce que je veux tout, alors bébé viens avec moi et sois mon ooh la la … ».

Brytney Spears, issue d’une famille chrétienne bien-pensante, a dérivé assez jeune vers le côté obscur, et complaisamment contribué à forger sa toxique réputation, imaginant peut-être qu’elle faciliterait du même coup son hypothétique rédemption (sur le principe que « faute avouée est demi pardonnée ») ! Sa page Twitter a révélé un jour qu’elle était adepte de Satan (mais ce message a ensuite été mis sur le compte de hackers), et d’après différents sites, elle aurait reconnu à plusieurs reprises avoir suivi l’enseignement kabbalistique de la peu recommandable Madonna et fréquenté assidûment les Illuminati (dont avec autant de vedettes sexy, les réunions doivent être des concerts très demandés)…

Britney Spears envoie un signe ...
Britney Spears envoie un signe …

Après la naissance de son premier enfant, Britney Spears a toutefois jugé prudent de prendre du champ avec des pratiques et des fréquentations aussi douteuses, craignant qu’elles portent préjudice, non pas à sa carrière, mais à ses enfants ; à en croire le Nouvel Observateur, elle aurait tourné la page en 2006 : «  … Britney, qui vient tout juste d´avouer sa deuxième grossesse alors qu’elle est déjà maman d’un enfant de 6 mois, vient d´annoncer sur son site officiel qu´elle ne faisait désormais plus partie du mouvement de la kabbale […] Je n´étudie plus la kabbale, mon bébé est ma religion ». Pour le site Ekklesia.pro, Britney Spears implorerait désormais le pardon de Dieu, en le suppliant de ne pas faire retomber son divin courroux sur sa descendance : « Vous pouvez me punir, mais s’il vous plaît ne punissez pas mes fils, ils n’ont rien fait et méritent un bon départ […] Je suis forte et je dois assumer la responsabilité de mes propres actions et des personnes avec lesquelles j’ai été associée par le passé et des choses auxquelles j’ai participé […] Je ferais n’importe quoi pour donner à mes deux garçons une chance de mener une bonne vie. C’est tout ce que je leur demande. Être des gens décents et mener une vie décente ».

Ariana Grande et Mika, un duo diabolique …

De leur côté, la chanteuse Ariana Grande et le chanteur Mika auraient recouru à la sorcellerie pour promouvoir la sortie en 2012 leur album Popular Songs ; c’est tout au moins ce qu’avancent des blogs et la presse People sur Internet, allant jusqu’à qualifier les deux chanteurs de  » Duo diabolique  » dans leur clip.

Ariana Grande et Mika en duo (diabolique ?)
Ariana Grande et Mika en duo (diabolique ?)

Rihanna, satanique Princesse des Illuminati …

Mais d’après plusieurs sites, les Beyoncé, Ariana Grande et autres Katy Perry font figure d’enfants de chœur comparées à  Rihanna, qui ne serait rien de moins que la propre fille de Satan !

Statue représentant l'accouplement de Zeus en cygne et de Léda
« Zeus, quand tu viens, fais-moi cygne… » Copie 16ème d’après un sculpture antique Bibliothèque de Sansovino à Venise

Cette célèbre chanteuse, classée par Forbes quatrième personnalité la plus puissante au monde dans l’industrie du spectacle, aurait en effet été engendrée de l’accouplement contre-nature entre le Diable et un canard (une cane, plus vraisemblablement ! La mythologique Hélène était née de l’accouplement tout aussi acrobatique de Zeus métamorphosé en cygne avec Léda, la femme de Tyndare, roi de Sparte).

Selon l’insolite Desencyclodie Wiki online, tout aurait commencé le 20 février 1998 sur la petite île de la Barbade (pays dont la chanteuse a officiellement été nommée ambassadrice en septembre 2018). Une fois créée, Satan aurait assigné à Rihanna sa mission terrestre : « […] prend le temps qu’il faudra, mais accomplis ta mission. Je vais te créer une mère, un père, et des frères et sœurs. Oublie-les, et ne pense qu’à ta carrière musicale ! Ne leur donne rien de ta fortune ! Trouve-toi dès que possible un producteur si tu veux que tes chansons sataniques passe à la radio, ou si tu veux vendre des disques ! », avant de lui donner cette utile recommandation : « N’oublie pas : tu auras le soutien de mon projet top secret ! N’en parle à personne, d’accord ? … ».

Forte d’une telle paternité, rien d’étonnant que Rihanna ait pu gravir très vite l’échelle des maléfices, au point de devenir la Princesse des Illuminati (dixit Eveil-de-la-conscience.com) et, par voie de conséquence, de s’attirer les foudres et l’interdit de pas mal d’associations religieuses dans le monde, comme le révèlent de très sérieux organes de presse comme les Inrockuptibles ou Jeune Afrique : « Rihanna déclarée “persona non grata” par des associations religieuses au Sénégal, la franc-maçonnerie avec notamment sa branche illuminati, dont ses symboles et signes sont omniprésents dans ses clips, faisant souvent l’apologie de Satan et des démons, ce qui lui vaut de surnom de princesse des illuminati à cause de sa propension à faire du prosélytisme luciférien ».

Petit Rihanna satanique illustré : si c’est du toc, c’est bien imité !
Rihanna cornuta Rihanna exhibant un pentacle
Rihanna lançant le salut sataniste Le salut sataniste des sorcières

Sympathy for the Devil ?

Cette petite liste ne comprend que quelques noms, mais bien d’autres chanteuses pourraient y figurer, à commencer par la scandaleuse Madonna, illuminée sataniste pour les uns, possédée démoniaque pour d’autres, et férue de kabbale et d’occultisme, selon ses propres déclarations ; ou encore Lady Gaga, qui selon des rumeurs aurait vendu son âme au Diable pour s’assurer le succès. Son coiffeur (profession toujours bien informée) Michael Pooter, a affirmé en 2011 que la chanteuse était une adoratrice certifiée de Satan ; alors qu’il s’apprêtait à la coiffer un jour, elle se serait mise à le fixe d’une manière effrayante, « avec des yeux de démons » et l’aurait menacé de manger ses enfants s’il révélait ce qu’il avait vu. Une autre fois, il aurait distingué sur son cuir chevelu le nombre de la Bête, 666, ce qui aurait mis Lady Gaga en lévitation à presque 1 mètre du sol. Le coiffeur se serait aussi rendu compte qu’elle vociférait en plusieurs langues, symptôme bien connu de possession démoniaque…

L'antéchristique Madonna
L’antéchristique Madonna

L'infernale Lady Gaga
L’infernale Lady Gaga

Des soupçons d’entente avec le Diable ne pèsent d’ailleurs pas que sur de potentielles chanteuses-sorcières, mais aussi sur nombre de chanteurs masculins.

Ainsi, récemment, le célèbre rapeur Maître Gims a rejoint le banc des accusés : à en croire certaines dépêches, il serait lui aussi un Illuminati, pratiquerait la sorcellerie et aurait vendu son âme au diable ! Le chanteur a cependant balayé sans détour ces rumeurs, avec son franc-parler coutumier :

« Bon, là le sujet du soir c’est la sorcellerie. Certaines personnes commencent à me fatiguer avec vendre son âme au diable, ne pas la vendre, la louer, ne pas la louer, faire un prêt avec ou sans intérêts … bien souvent ce sont les noirs, les africains ou les arabes qui m’interpellent à ce sujet … les stars blanches ne sont jamais accusées de sorcellerie [argument inexact, comme on vient de le constater !] A croire que seuls les africains ont besoin de la sorcellerie pour réussir … [en Afrique] la sorcellerie est parfois très prise au sérieux et les simples suspicions peuvent aller très loin … »

L'ouvrage de Jota Martinez Galiana
L’ouvrage de Jota Martinez Galiana

La connivence réelle ou supposée des vedettes du show-biz et des puissances occultes ou démoniaques n’est pas un thème nouveau, loin de là. Il y a une vingtaine d’année, Jota Martinez Galiana a publié un ouvrage sur ce phénomène, « Satanisme et sorcellerie dans le rock – Histoire d’un Mythe », où étaient évoquées les rumeurs persistantes courant alors contre les célébrités de l’époque : Led Zeppelin, Black Sabbath, les Rolling Stones, les Beatles, etc… Dans sa présentation, l’éditeur indique de ce livre « invite à parcourir les ruelles les plus lugubres et les plus sombres de l’histoire du rock, depuis la naissance du blues jusqu’à l’émergence de formes musicales mutantes, depuis la superstition de Robert Johnson jusqu’au satanisme médiatique de Marilyn Manson ».

Aujourd’hui, des listes impressionnantes de chanteuses et de chanteurs en pacte avec les puissances de l’occulte circulent sur Internet, à se demander si un seul artiste de variété un tant soit peu connu peut ou a pu faire carrière sans y recourir ! On citera, en vrac, quelques noms du pandémonium ciblé par un « blog catholique  » (sic, en laissant à son auteur la responsabilité de cet adjectif !) comme « chanteurs ou groupe de musiciens néfastes » : Madonna, Black Sabbath, Elton John, Billy Ze Kick, Led Zeppelin, Pink Floyd, Les Rolling Stones, Mickael Jackson, Nirvana, Les Beatles, Acdc, Queen, Prince, Elvis Preslay, U2, Georges Mickaël, Santana, David Bowie, etc…

Pas de fumée (sulfureuse) sans feu (infernal) ?

C’est bien connu, le Diable a plus d’un (33) tours dans son sac… Faut-il détecter derrière tout ça l’œuvre habile et maligne du Démon, comme certains veulent le croire (extrait de Les principes de la sorcellerie musicale) :

« … la musique attire les esprits…Sa nature vibratoire permet d’ouvrir des portails interdimensionnels. Et bien sûr le type d’esprits attirés est fonction du type d’énergie que génère la musique diffusée. Si vous chantez des louanges à Elohim, alors des anges seront attirés… Si ce sont des louanges à Satan, alors, nous pouvons très bien imaginer quels types d’esprits viendront à votre rencontre. Là où des artistes déclarent leur flamme à une  » personne » … à qui elle donne leur âme, ce sont en fait des déclarations d’amour au diable, donc de la louange satanique. Et l’énergie générée par celle ci attire automatiquement des démons … Le diable s’est donné pour mission de faire croire à l’humanité qu’il n’existe pas, mais comme il a besoin d’être loué, alors, il vous fait l’adorer sans que vous vous en rendiez compte, au travers des chansons qui semblent anodines, mais qui le glorifient. C’est extrêmement vicieux, et intelligent. C’est aussi pour ça qu’on l’appelle le malin ». C Q F D !

Une autre thèse serait que la plupart des insinuations et des accusations lancées contre les chanteurs du passé comme d’aujourd’hui expriment des invariants mêlant jalousie, peur de l’irrationnel, goût du dénigrement et adhésion à des schémas de représentation où le succès, le sexe et la richesse sentent toujours un peu le soufre. Pour peu que les artistes y ajoutent un peu de provocation plus ou moins complaisante (Mike Jager : « Appelez-moi Lucifer »), et tous les ingrédients de la suspicion sont à l’appel !

Et puis, après tout, pourquoi certaines de ces rumeurs ne seraient pas fondées ?

L’idée de vendre son âme au Diable pour s’obtenir les joies terrestres d’une carrière musicale à succès et tous les plaisirs qui vont avec n’est ni nouvelle, ni si loufoque que ça : elle doit bien effleurer plus d’un candidat potentiel au monde du show-biz… Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à consulter les annonces spécialisées sur Internet, dont certains sont très révélatrices …

Vente d'âme au démon, en échange d'une carrière dans la chanson
Annonce de vente d’âme au démon, pour une carrière dans la chanson

Et pour celles qui sont déjà en piste, être chanteuse à succès n’interdit pas de commercer avec Lucifer, ni de pratiquer un peu (ou beaucoup) de sorcellerie !

 

Rapaces pyromanes…

Des oiseaux incendiaires ? La revue La Recherche relate un fait observé en Australie, mais que Pline et d’autres auteurs antiques avaient déjà bien identifié…

Faucons incendiaires
Milan noir, milan siffleur et faucon brun: des témoignages attestent de leur maîtrise du feu

« Faucons de feu » : ce nom évocateur désigne, chez les aborigènes, trois espèces de rapaces : le milan noir, le milan siffleur et le faucon brun. Ils leur prêtent en effet le pouvoir de maîtriser et répandre le feu. Une croyance qui prend une nouvelle dimension avec l’étude menée par une équipe internationale. Marc Bonta, de l’univer­sité d’État de Pennsylvanie, aux États-Unis, et son groupe sont en effet parvenus à la conclusion que ces « faucons de feu » contribuaient à la propaga­tion des incendies. Comment? En transportant des brindilles enflammées, qu’ils lâchent sur des zones encore épargnées par les flammes. Pour parvenir à ce résultat, ils ont collecté une ving­taine de témoignages à la fois d’aborigènes et de non-aborigènes, sur une période allant de 1963 à 2013 dans le nord de l’Australie. Dick Eussen, coauteur de ce travail et lui-même pompier, a observé en direct ce phénomène. Alors qu’il avait, avec ses collègues, maîtrisé un feu menaçant une route, il a été alerté du fait que les flammes avaient atteint l’autre côté, jusqu’alors préservé. Sur place, le pompier a remarqué un milan siffleur volant à une ving­taine de mètres d’altitude avec, dans ses griffes, une brindille. Il a fait le lien. Cette attitude pyro­mane est en fait un moyen efficace de chasser, comme l’explique Bob Gosford, du Central Land Council et coauteur de ce travail : « // est possible que certains individus aient adapté leur capacité à transporter des brindilles pour construire un nid, par exemple pour accroître leur source de nourriture. » C’est-à-dire, les petits insectes, les grenouilles, les reptiles ou les petits oiseaux, qui fuient devant le feu ou qui sont tués.

Comportement multicentenaire

Pour l’instant, ce comportement a été principa­lement observé sur une zone de 4 millions de kilomètres carrés. « Mais nous avons des témoi­gnages dans des biomes et des régions de savanes similaires dans le monde, où l’on trouve de larges populations de milans noirs ou de leurs proches parents », précise Bob Gosford. Et si l’on en croit les aborigènes, il aurait été adopté il y a des cen­taines, voire des milliers d’années! Pour les chercheurs, ce travail appelle à recons­idérer les observations fournies par les abori­gènes, souvent jugées (à tort) moins « scienti­fiques». « Un aspect important de notre travail est de soumettre les connaissances écologiques abo­rigènes à un examen minutieux, mais aussi de les reconnaître comme une source pour des recherches comme les nôtres », souligne Bob Gosford. Car, rappelle-t-il, cela permettrait de profiter de la connaissance acquise par ce peuple lors des der­niers millénaires -une base de données énorme, rapportée aux quelque 230 années d’observations menées par les Européens depuis la colonisation.

Source : article de Bérénice Robert in La Recherche, n° 533, mars 2018 / Référence à l’ouvrage de M. Bonta et al. EthnobioL, 37, 700, 2017.

En fait, on devrait plutôt parler de cas multi-millénaires, car des cas similaires ont été rapportés par plusieurs auteurs de l’Antiquité, toujours imputés à des rapaces ou à des oiseaux de proie.

Pline l'AncienAristophane cite ainsi un aigle incendiaire dans son Pistheterus. Dans son Histoire naturelle (Livre X), Pline l’Ancien fournit les détails  les plus intéressants :

« XVII. L’oiseau appelé incendiaire est aussi de mauvais augure, et nous lisons dans les Annales que souvent on a purifié Rome à cause de lui; par exemple, sous le consulat de L. Cassius et de C. Marius (an de Rome 647), année où on la purifia aussi, un hibou ayant été vu. Quel est cet oiseau ? ni livres ni tradition ne le disent. Quelques-uns expliquent ainsi la chose : l’incendiaire est tout oiseau qui apparaît portant un charbon enlevé aux feux des autels. D’autres l’appellent spinturnix, mais je n’al trouvé personne qui dit savoir quel était cet oiseau ».

Inauspicata est et incendiaria avis, quam propter saepe numero lustratam urbem in annalibus invenimus, sicut L- Cassio C- Mario cos-, quo anno et bubone viso lustratam esse. quae sit avis ea, non reperitur nec traditur. quidam ita interpretantur, incendiariam esse quaecumque apparverit carbonem ferens ex aris vel altaribus ; alii spinturnicem eam vocant, sed haec ipsa quae esset inter aves, qui se scire diceret non inveni.

 

« Happé Christmas »…

Un réveillon de Noël qui tourne court…

Nuit du 24 au 25 décembre 1890, USA – South Bend (Indiana). La famille Lerch a invité une vingtaine d’amis pour réveillonner.
Le fils cadet, Oliver Lerch, 20 ans, est joyeux car parmi les invités il y a sa fiancée et ses parents. Vers 22 heures Mme Lerch demande à Oliver d’aller chercher de l’eau au puits dans la cour de la ferme. Il prend deux seaux et sort.
Quelques minutes plus tard un cri horrible retentit dehors, où tout le monde se précipite. On entend distinctement « au secours ! au secours ! on m’enlève ! », des qui cris viennent d’en haut…

Cela dura ainsi encore pendant cinq minutes. Près du puits on retrouva un seau, rien d’autre. Par la suite, le puits fut curé, mais aucune trace d’Oliver, qui ne réapparut jamais.

D’après Jimmy GUIEU: « Black-out sur les S.V. » – FLEUVE NOIR 1956. Dans son ouvrage sur les disparitions mystérieuses (Robert Laffont, 1973), Patrice Gaston livre une version légèrement différente (Oliver avait 11 ans, et non pas 20 comme somme l’indique Jimmy Guieu) mais ajoute des précisions intéressantes sur cette affaire :

 » […] Chacun pensa immédiatement qu’un loup avait surgi. Une fois dehors, il n’y avait pas plus de loup que de petit garçon… ! Ils furent tous glacés d’horreur lorsqu’ils entendirent les hurlements désespérés du petit Oliver, quelque part dans la nuit, mais « au-dessus de leurs têtes » ! L’enfant était invisible, dans ce ciel noir. Oliver hurlait « Au secours! Ils me tiennent ! Au secours ! »… Les cris et les appels continuèrent à déchirer l’air pendant près d’une minute, mais en diminuant d’intensité, comme si l’enfant montait, montait…
Médusée, l’assistance ne réagit que lorsque le pasteur décida de suivre les traces de pas la neige fraîche, les traces étaient normales et montraient que l’enfant s’était dirigé vers le puits à une vingtaine de mètres de la maison. A dizaine de mètres du puits, « les traces cessaient brusquement, comme si l’enfant avait été soulevé de terre ! ».

Père Noël faucheur...
Le Père-Noël, auxiliaire de la Grande Faucheuse ?

Enlèvement par des extra-terrestres, ou plus simplement par un Père Noël facétieux et mortifère ?
Le fait est que la hotte du Père Noël, qui tend aujourd’hui à être représentée plutôt comme un sac, peut fort commodément servir, non seulement à voler les effets des gens partis à la messe de minuit, mais pourquoi pas à emporter un enfant vers la mort ?

 

 

Asmodée perd la tête !

Lu dans La Dépêche du 24 avril 2017 :

Hier matin (23 avril) vers 9 h, une jeune femme d’une vingtaine d’années, seule, habillée d’un manteau noir, se présente à l’office de tourisme de Rennes-le-Château pour demander les horaires d’ouverture de l’église. Elle avait, disait-elle, l’intention de la visiter. L’employée du site lui indique les horaires. La visiteuse décide alors de boire un café puis de déambuler dans les ruelles. Vers 11h15, elle demande à un restaurateur de se laver les mains. Quelques minutes plus tard, elle réapparaît habillée d’une longue cape blanche, d’un voile sur la tête et d’un masque style vénitien sur le visage.

«Vous êtes tous des mécréants»

À cette époque de l’année une soixantaine d’habitants vivent sur place, autant dire qu’ainsi vêtue, la jeune femme n’est évidemment pas passée inaperçue.

Même si ce haut lieu des mystères a l’habitude de voir défiler des visiteurs étranges en quête de trésors. Là, c’était différent, raconte un habitant : « J’ai compris très vite que ça n’avait rien à voir avec le trésor de l’abbé Saunière ».

Bénitier de Rennes-le-Château : Asmodée décapité
Bénitier de Rennes-le-Château : Asmodée décapité

Devant des touristes surpris, la jeune femme se réfugie dans la grotte dite de la vierge, à proximité de l’église, et téléphone longuement en arabe, puis rentre tranquillement dans l’église, sort une hache et se met à frapper sur le célèbre bénitier surmonté par la représentation d’Asmodée. Elle décapite le fameux diable rouge, lui coupe le bras et pose un coran à ses côtés, puis lacère le bas-relief de l’autel de Marie-Madeleine, devant des visiteurs ébahis.

Ces derniers donnent l’alerte, le maire, Alexandre Painco, intervient. Il constate les faits et appelle la gendarmerie. Face à la jeune femme étonnamment calme, il lui demande pourquoi elle a commis ces actes. Elle répond posément : « Aujourd’hui, ici, c’est un jour d’élection présidentielle, pendant qu’en Syrie l’Occident bombarde et tue des enfants. Vous êtes tous des mécréants! Mon mari est là-bas ».

Rapidement sur place, les gendarmes interpellent la jeune femme sans aucune résistance. Un périmètre de sécurité est établi dans le village, et une équipe de déminage arrivée dans l’après-midi se met à l’œuvre. Le maire n’en revient toujours pas : « Cette femme était déterminée et son geste prémédité. Elle a choisi ce jour d’élection, ce lieu précis, pour qu’il ait un impact médiatique important et ainsi porter atteinte à la République française »

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2017/04/24/2561759-elle-decapite-la-tete-du-diable-asmodee.html

Ce n’est pas la première mutilation ou tentative de mutilation infligée à ce pauvre diable. Cette fois, les faits paraissent graves, mais une restauration remettra sans doute rapidement la statue en l’état. N’en déplaise aux esprits chagrin, Asmodée a la tête bien sur les épaules …

Coup double !

Deux jumelles mortes ensemble, accidentellement, à l’âge de 97 ans dans le Rhode Island (États-Unis).

C’est un fait divers aussi rare qu’étrange qui s’est déroulé le week-end passé dans la ville de Barrington : deux jumelles âgées de 97 ans ont trouvé la mort en tombant à quelques mètres l’une de l’autre.

Selon les premiers éléments de l’enquête, Jean Haley et Martha Williams ont connu la même mésaventure en rentrant toutes les deux d’une soirée passée au restaurant avec leur sœur cadette de 89 ans. Raccompagnée devant la maison de Jean, Martha serait tombée en premier lieu en tentant de regagner sa voiture tandis que sa jumelle, en allant appeler les secours, se serait pris les pieds dans le tapis du garage.

Ce n’est qu’au petit matin qu’un voisin a découvert les deux corps inanimés distants de quelques mètres seulement. Avec une température qui serait descendue à -9°C, il est fort probable que les deux sœurs soient mortes d’hypothermie.

Interrogé par le magazine « Time », le fils de Jean Haley s’est ému de leur mort peu banale: « Elles sont venues au monde ensemble et sont mortes ensemble. C’est en quelque sorte réconfortant de savoir qu’elles sont restées ensemble ».

Source : http://www.lavenir.net/cnt/dmf20170309_00971217/l-etrange-mort-de-jumelles-ensemble-devant-leur-maison?utm_source=lavenir&utm_medium=feed_articles&utm_campaign=lespluslusv2

Simple hasard ou coïncidence significative ? Ce parallélisme de destin entre certains jumeaux a parfois quelques chose de fascinant, même s’il pourrait n’être que la conséquence assez logique d’influences astrales et astrologiques quasiment identiques s’étant exercées presque au même moment et presque au même endroit sur deux bébés conçus presque en même temps. Heureusement,  » Astra inclinant, non necessitant  »

Cercueil biplace pour jumeaux co-décédés

Un fait reste pourtant clairement avéré : le décès le même jour de deux jumelles est beaucoup plus rare que la naissance de deux jumeaux le même jour ! Et en pareille occurrence, le cercueil biplace peut se révéler pratique.